Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Vendredi 23 juil 2021

Nicolas Dupont-Aignan réagit au vote du passe sanitaire à l'Assemblée Nationale

Jamais le peuple n’a été autant méprisé par un Gouvernement et sa majorité. Jamais le Parlement n’a été autant considéré comme une vulgaire chambre d’enregistrement, attendue pour avaliser dans un cadre convenu les annonces tonitruantes et choquantes faites par un homme seul, un lundi 12 juillet au soir. 

Le vote de cette nuit marque une abdication sans précédent de l’Assemblée, institution désormais corsetée par une majorité grégaire faisant fi des valeurs fondamentales de notre pays, prête à tout sacrifier au nom d’une crise épidémique qu’ils n’ont même pas été capables de gérer correctement.

Français, la bataille a été rude, pour défendre amendement après amendement votre liberté, pour faire reculer ce texte tant que possible, pour donner de l’oxygène à un peuple que ce pouvoir entend étouffer.

Je remercie sincèrement les 85 autres députés qui ont voté contre ce pass-sanitaire liberticide au bout d’une nuit de combat, et ce, malgré les caricatures, malgré les amalgames et la pression d’une majorité sans vergogne.

Comme à son habitude, le Gouvernement a imposé sa vision inique de la démocratie. Ainsi l’obligation du passe-sanitaire pour les patients non-urgents et les visiteurs dans les hôpitaux est revenu en force dans le dispositif malgré une opposition majoritaire du Parlement. Le peu de terrain que nous gagnions était perdu dans la foulée par leurs manœuvres.

Pire, dans un pays meurtri par le chômage, le déclassement et la précarité, ne reculant devant aucun cynisme, la majorité a entériné la possibilité de licencier une personne non-vaccinée. Contre tous nos principes, contre toutes nos lois, contre la dignité humaine, la majorité a inauguré les premiers licenciements sanitaires de notre histoire, ouvrant de surcroit la boite de pandore de l’embauche conditionnée par la divulgation de critère de santé.

Ces dérives graves sont symboliques d’un texte qui devait être rejeté en bloc, sans concession, alors que le débat sur les modalités a souvent écarté le débat sur les principes.

Ce texte scélérat renonce à toutes nos valeurs, crée une discrimination d’État, abdique nos libertés et aggravera les inégalités. Il nous fait basculer dans une société malsaine du contrôle permanent, de tous par tous, qui marque une rupture civilisationnelle sans précédent. Le secret médical vole en éclats : le statut médical conditionnera les droits des Français.

Face à l’infamie, je compte sur le Sénat pour vider de son fiel ce funeste projet, et sur le Conseil Constitutionnel pour bloquer définitivement ce souhait d’une société liberticide. Faute d’un tel blocage, le peuple lui-même devra prendre ses responsabilités, car il est souverain en son pays.

« Soyons fermes, purs et fidèles ; au bout de nos peines, il y a la plus grande gloire du monde, celles des hommes qui n’ont pas cédé » De Gaulle.

Nicolas Dupont-Aignan
Président de Debout la France
Député de l'Essonne