Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Lundi 04 mar 2019

Macron en marche pour le remplacement de nos communes

Sans doute faut-il faire preuve d’un peu de perspicacité pour constater une nouvelle fois toute la malignité du gouvernement Macron lorsque dans son Grand débat national, il parle de l’intercommunalité comme d’une collectivité à part entière.

Curieuse question en effet que celle mise en ligne par le gouvernement dans le cadre du Grand débat et intitulée « Pensez-vous qu’il y a trop d’échelons administratifs en France ? ». Surtout lorsque juste après vous avez à choisir parmi « les niveaux de collectivités territoriales auxquels vous êtes le plus attachés ? » avec pour propositions : la région, le département, la commune ou l’intercommunalité.

Erreur manifeste, volonté d’induire en erreur ou tout simplement mauvaises habitudes politiques depuis la loi Notre, il faut rappeler que l’article 72 de la Constitution ne reconnait comme collectivités territoriales que les communes, les départements et les régions. A part ce qui peut relever d’une métropole, les intercommunalités ne sont donc pas des collectivités territoriales.

Comment alors ne pas voir là une volonté manifeste de grand remplacement des communes par les EPCI et comment ne pas se dire que tout est finalement fait pour égarer le citoyen, déjà très largement déboussolé par le qui fait quoi de chaque échelon administratif.

Car la commune doit rester le socle de notre démocratie comme un lieu de proximité forte. La mairie est un lieu de confiance qu’il s’agit de préserver. Plus que jamais, il est nécessaire de réhabiliter l’échelon local, redonner du pouvoir aux Maires et faire ainsi en sorte que cesse de s’aggraver cette fracture territoriale que nos habitants expriment par un très fort sentiment d’abandon.

Pour cela, il faut plus que jamais de la volonté et du courage. Avec Nicolas Dupont-Aignan nous en avons !

Frédéric Mortier
Secrétaire Général DLF