Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Vendredi 05 avr 2019

Immigration : je persiste et je signe !

Lors du débat pour les élections Européennes du 4 avril, on a tenté de décrédibiliser mon intervention sur le nombre d’immigrés entrés en Europe depuis 5 ans.

Hier soir, mon équipe a réagi « à chaud » en indiquant qu’il s’agissait de l’ensemble des migrations en Europe ces quatre dernières années, y compris des nationaux revenant dans leur pays (par exemple, un Français résidant à Londres revenant en France). On m’a alors accusé de « fake news ».

Or, je parlais bien, hier soir, des immigrés extra-européens, à savoir des personnes de nationalité étrangère nées en dehors de l’UE. Les chiffres disponibles d’Eurostat sont limpides :

-3,6 millions immigrés ont demandé l’asile entre 2014 et 2018.
-13,5 millions d’autres immigrés ont obtenu un permis de séjour  entre 2013 et 2017 (nous n’avons pas encore 2018, j’ai donc retenu les 5 dernières années connues). Cette statistique est fiable car les renouvellements de permis de séjour ne sont pas pris en compte afin d’éviter les doublons.

Soit un total de 17,1 millions d’immigrés arrivés en Europe en 5 ans, ce qui est considérable. A ce chiffre on devrait ajouter les clandestins qui sont difficiles à établir. Frontex a estimé que 2,8 millions avaient franchi clandestinement les frontières extérieures de l’UE entre 2014 et 2017 sans indiquer combien étaient finalement restés clandestins ou avaient demandé l’asile.

Je n’ai donc absolument pas donné de « fake news » lors du débat. Bien au contraire, j’étais le seul candidat à savoir le nombre d’immigrés arrivés en Europe sur les 5 dernières années.

Les réactions de l’ensemble de mes concurrents montrent à quel point ils sont déconnectés de la réalité de la pression migratoire que nos pays subissent. Je regrette que nos dirigeants ne regardent pas en face la réalité des phénomènes.

Par ailleurs, certains organes de presse affirment que seuls 8,7 millions (ex : LCI) ou 9,6 millions (ex : Le Monde) de migrants originaires de pays tiers sont véritablement entrés dans l’UE respectivement depuis 2014 ou 2013, mais ils se trompent :

-Aucun n’évoque les détenteurs de visas inférieurs à 12 mois, contrairement à la comptabilité conventionnelle du Ministère de l’Intérieur français qu’Eurostat recense dans le tableau que nous utilisons ;
-Les demandeurs d’asile ne sont pas comptés parmi les 8,7 millions évoqués par LCI, contrairement aux chiffres complémentaires compilés par Eurostat dont nous tenons compte ;
-Aucun n’évoque les migrants clandestins recensés par Frontex, en particulier ceux qui n’auraient pas déposé de demandes d’asile.

Lundi 8 avril à 11H00, je tiendrai une conférence de presse dans laquelle je présenterai notamment les thèmes et documents relatifs à la campagne européenne. A cette occasion, il me sera possible d’ajouter des explications complémentaires sur cette polémique.

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout La France

Méthodologie :
> Pour les permis de séjour, nous utilisons le fichier des premières délivrances de permis. Il s’agit de la méthode utilisée par le Ministère de l’Intérieur français qu’Eurostat recense dans le tableau que nous utilisons.
> Pour les demandes d’asiles, nous utilisons le fichier comptabilisant le dépôt de demandes d’asile dans les pays de l’UE.
> Pour l’immigration illégale, nous utilisons a minima les données exprimées par Frontex de détection d’entrées illégales aux frontières européennes.

Liens des sources :
> Permis de séjour :
http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=migr_resfirst&lang=fr
> Demandes d’asile :
http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=migr_asydcfsta&lang=fr
> Frontex :
http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2018/621862/EPRS_BRI(2018)621862_EN.pdf