Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Lundi 04 fév 2019

Vivre surtaxé et mourir dépouillé...

 Telle est la proposition de Terra Nova, Think Tank, pseudo laboratoire d'idée, proche de Macron.

Alors que le grand débat national tente d'enfumer les Français, Terra Nova a publié une note préconisant la spoliation fiscale des Français.

Intitulée REFORMER L'IMPOT SUR LES SUCCESSIONS, Terra Nova propose ainsi d'augmenter les droits de succession et de taxer davantage les héritages en proposant d'augmenter de 25 % les recettes de l'impôt sur les successions.

Ceci est scandaleux et inacceptable !

Cette mesure préconisée par le Think Tank impacterait principalement les classes moyennes ayant bénéficié de la hausse de l'immobilier, à l'exclusion des plus aisées qui peuvent encore s'organiser voire s'exiler pour y échapper.

L'impôt sur les successions ne frappe ainsi ceux qui sont malheureusement les moins conseillés et les moins préparés.

En définitive c'est encore la classe moyenne qui se révèle être la principale victime de l'impôt sur les successions.

Il n'en fallait pas plus pour plomber encore davantage des millions de contribuables, déjà victimes d'une fiscalité confiscatoire.

Terra Nova propose également de supprimer l'abattement spécifique sur les donations entre parents et enfants.

Encore une mesure doublement scandaleuse.

On paie des frais "dits de notaire" sur une acquisition, on transmet à nos enfants de notre vivant on paie des droits fiscaux et on meurt on paie encore !

Au contraire, Nicolas DUPONT AIGNAN, propose de faciliter les transmissions en proposant la suppression des droits de succession jusqu'à 500 000 euros par enfant -en ligne directe. Une mesure juste et responsable contre la taxation de la propriété privée.

Recevoir un bien en succession c'est le fruit du travail et investissement des parents, travail généralement de toute une vie.

Enfin, espérons que nous verrons dans les thèmes du grand débat des propositions de mesures améliorant le pouvoir d'achat immobilier, en proposant une France de propriétaire, telle que Nicolas DUPONT - AIGNAN l'avait proposé lors de l'élection présidentielle de 2017.

 

Maurice Montangon | Délégué National aux Régles Immobilières et de la Construction.