Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mardi 31 mai 2016

Valeurs Actuelles - Congrès des maires : pour Dupont-Aignan, "Juncker est le bourreau qui rend visite à ses victimes"

Exclusif. Le président de Debout la France a vertement critiqué la venue du président de la Commission européennes au Congrès des maires, assimilant la visite de ce dernier à celle « d’un bourreau à ses victimes ». 

Nicolas Dupont-Aignan ne décolère pas. Réagissant pour Valeurs actuelles, à la venue de Jean-Claude Juncker ce mardi au Congrès des maires de France, le président de « Debout la France » tire à boulets rouges sur le président de la Commission européenne. « C’est bien simple, cette visite s’apparente à celle du bourreau qui vient s’enquérir de la situation de ses victimes ». Et de poursuivre sa démonstration. « Jean-Claude Juncker est l’ancien Premier ministre du pitre paradis fiscal (Ndlr le Luxembourg) qui a triché avec toutes les règles européennes en la matière », souligne le maire de Yerres. 

« Cet homme met en œuvre une politique ahurissante qui ruinent nos agriculteurs et on lui déroule le tapis rouge au Congrès des maires pendant que nos territoires ruraux meurent des réformes imposées par Bruxelles », poursuit l’édile de Yerres qui entend lui-même dévoiler prochainement ses propres propositions pour « sauver nos territoires ».

« Nous avons besoin de nos communes rurales »

Interrogé ensuite sur « le sens » de cette invitation formulée par le président de l’Association des maires des France, François Baroin, le député de l’Essonne avoue la trouver « totalement incompréhensible et scandaleuse », établissant un parallèle entre le Congrès des maires et le Salon de l’Agriculture. « Pendant trois jours, les membres de l’oligarchie européenne viennent s’amuser pendant que nos maires sont en train de mourir ». Une référence au grand raout agricole de la Porte de Versailles, ou le temps d’une quinzaine de jours, les problèmes des agriculteurs sont mis sous le tapis.

Et de conclure, en forme de cri du cœur à l’endroit des communes de France et de ceux qui les incarnent. « Nous avons besoin de nos communes rurales. Leur abandon nous coûtera encore plus cher demain ».

 

Voir l'article sur le site de Valeurs Actuelles