Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Lundi 17 déc 2018

Référendum d’initiative citoyenne : que Stanislas Guérini cesse d’infantiliser les Français !

Lundi 17 novembre sur RMC-BFM TV, le Délégué général de La République En Marche, Stanislas Guérini, a déclaré craindre de « se réveiller avec la peine de mort dans notre pays parce qu’on a eu un référendum d’initiative citoyenne ».

Cette déclaration s’inscrit dans le mépris des Français auquel nous ont habitué Emmanuel Macron et le Gouvernement. Stanislas Guérini ne considère-t-il donc pas les Français capables de voter comme des adultes ? A l’image du Président de la République qu’il soutient, sans doute prétend-il mieux savoir que les Français ce qui est bon pour eux ? Cette infantilisation du peuple et ce mépris de la démocratie sont insupportables !

En réalité, le Gouvernement cherche à gagner du temps en organisant… un débat consultant les Français sur l’instauration d’un référendum d’initiative citoyenne, instrument par excellence de consultation des Français. De qui se moque-t-on ? Au lendemain de l’annonce par le Premier Ministre Edouard Philippe de la tenue de ce débat, la déclaration de Stanislas Guérini révèle les réticences de la majorité présidentielle qui préfère gouverner contre son peuple sans se remettre en question plutôt que de lui donner la parole.

Depuis plusieurs années, le référendum d’initiative citoyenne est une proposition que défend Debout La France pour moderniser notre démocratie et rééquilibrer les pouvoirs dans la Vème République :

- En 2012, nous l’avons défendu dans notre programme présidentiel.
- En 2013, nous avons déposé une proposition de loi à l’Assemblée Nationale afin de le mettre en place, en vain.- En 2017, nous l’avons de nouveau porté dans nos engagements inscrits dans le programme présidentiel.
- Le 4 décembre 2018, nous avons déposé une nouvelle proposition de loi avec le Sénateur Jean-Louis Masson, dont l’article 5 vise à la création d’un « véritable référendum d’initiative populaire » : « Le verrou parlementaire et exécutif limitant le référendum d’initiative populaire est supprimé. Tout projet de loi soutenu par 1% du corps électoral est soumis à référendum dans les six mois suivant son dépôt auprès du Conseil Constitutionnel. »

La mobilisation inédite des gilets jaunes témoigne d’un manque criant de démocratie. Afin de solutionner la crise que traverse notre pays, Emmanuel Macron et le Gouvernement doivent répondre aux attentes des Français en instaurant d’urgence le référendum d’initiative citoyenne.

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout La France