Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Lundi 10 déc 2018

Nicolas Dupont-Aignan dénonce l’approbation par Emmanuel Macron du Pacte de l’ONU sur les migrations

Le 10 décembre 2018,

La France vient d’approuver à Marrakech le pacte de l’ONU sur les migrations. Alors que de nombreux pays ont débattu du contenu de ce Pacte et que plusieurs d’entre eux ont refusé son adoption (Etats-Unis, Australie, Israël, etc.) notamment en Europe (Hongrie, Italie, Autriche, République tchèque, Pologne, Bulgarie, Slovaquie, Estonie, Lettonie, Suisse, etc.), je dénonce l’omerta du Gouvernement et d’Emmanuel Macron sur le sujet.

Ce Pacte ne cherche en aucun cas à limiter les flux migratoires en stabilisant les populations pour leur permettre de vivre dans leur pays d’origine : au contraire, il encourage l’immigration et dépossède les Etats de la maîtrise de leur politique migratoire. De plus, il promeut la propagande en faveur de l’accueil des migrants et les sanctions matérielles à l’égard des médias dénonçant les dérives de l’immigration de masse.

En revanche, le Pacte de Marrakech omet d’évoquer les inconvénients de la submersion migratoire pour le pays d’accueil : le coût social et économique, le déracinement, le communautarisme, le risque d’islamisme, l’insécurité… Il n’évoque également pas la fuite de la main d’œuvre et de la jeunesse des pays d’origine qui voient leur développement freiné par l’émigration. Il ne fait pas non plus référence à la mise en danger des migrants qu’implique un tel appel d’air.

Contrairement à ce qu’affirme le Gouvernement, nul doute que l’approbation de ce texte aura une valeur progressivement contraignante. En effet, par un enchainement de jurisprudences françaises et européennes, ce texte pourra par exemple empêcher à terme l’expulsion des clandestins.

Avant qu’il ne soit trop tard, nous devons agir pour ne pas subir. Tous les sondages montrent que la grande majorité des Français s’opposent à davantage d’immigration. En consultant les Français par le suffrage universel, le projet de référendum d’initiative populaire que je défends avec d’autres parlementaires pourra bloquer le chaos migratoire que prépare Emmanuel Macron.

 

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout La France