Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Vendredi 03 mai 2019

GPA imposée par l’Europe – la duplicité des européistes

Transférer tous les pouvoirs aux institutions européennes pour faire semblant de regretter ensuite les décisions qu’elles imposent aux Français est la méthode de gouvernement par excellence des LR/LREM/PS. La légalisation de la pratique des mères porteuses par la « Cour Européenne des Droits de l’Homme » en donne un nouvel exemple.

Le 10 avril dernier, selon un avis de la CEDH, « l’intérêt supérieur » de l’enfant vendu avant sa naissance aux Etats-Unis exigerait la reconnaissance de sa filiation avec l'une des femmes qui l'avait acheté à la mère porteuse. Cet avis est évidemment contraignant : quand un juge annonce par avance sa vision du droit, on devine quelle vision du droit il appliquera dans de futurs procès… Grand seigneur, la CEDH laisse à la France le « choix des moyens » pour entériner la pratique des mères porteuses, que la misère pousse à porter un enfant à vendre à la naissance à la manière dont on achète des veaux ou des agneaux à naître. On aurait pu imaginer que la question était à tout le moins difficile à trancher et donc qu’on ne pouvait imposer telle ou telle vision mais ce serait encore laisser trop de libertés aux Etats membres.

Bien sûr, la décision de la CEDH pose un grave problème de fond en ce qu’elle légalise de force la pratique de la GPA qu’elle avait déjà largement amorcée en 2014. Malheureusement, cette légalisation révèle un vice constitutif des institutions européennes qui a conduit à des centaines d’autres choix désastreux contraires à la volonté des peuples. Les traités ont en effet donné aux juges européens le droit d’imposer leur vision de l’économie et de la société sans obéir à autre chose que leur fantaisie. Quand un article prévoit « le droit au respect à une vie privée et familiale normale », on peut lui faire dire ce qu’on veut sans rendre de comptes à personne.

Les élucubrations de la CEDH sont d’autant plus dangereuses que par le Traité de Lisbonne les LR ont inclus toutes ses inventions dans le Traité sur lequel repose l’Union européenne. Selon la « Charte des droits fondamentaux » incluse dans le Traité le Lisbonne : « Dans la mesure où la présente Charte contient des droits correspondant à des droits garantis par la CEDH, leur sens et leur portée sont les mêmes que ceux que leur confère ladite convention ». Ainsi, dès que la CEDH invente une absurdité comme la légalisation des mères porteuses ou l’interdiction d’expulser les terroristes islamistes, elle s’impose à tous les Etats membres de l’UE. C’est le droit poupées russes : la France signe le Traité de Lisbonne, elle doit respecter toutes les inventions de la CEDH !

Les listes LR/LREM/PS sont des listes de la soumission aux juges européens et donc des listes pro-mères porteuses, pro-immigration de masse, pro-voile islamique (décisions de mars 2017), etc. Certaines de ses listes assument leur positionnement pro-GPA et pro-communautarisme. D’autres ont l’audace de prendre les citoyens pour des ahuris en leur faisant croire qu’ils sont contre la pratique des mères porteuses et en même temps qu’ils soutiennent les traités européens grâce auxquels les institutions européennes imposent sans débat ce que les français refusent.

Imaginons qu’un député vote la confiance au Gouvernement, le budget et l’habilitation du Gouvernement à légiférer par ordonnances mais se présente comme un opposant au Gouvernement. Qui le prendrait au sérieux ?

Il en va de même des européistes : ils confient tous les pouvoirs aux institutions européennes mais prétendent ensuite combattre les politiques imposées par ces institutions. Ils se disent par exemple opposés à la GPA et au voile islamique en entreprise et en même temps ils ont fait voter les traités et soutiennent les institutions qui imposent ces pratiques détestables. Voter Bellamy/Loiseau/Glusckmsan, c’est voter pour la GPA et le voile islamique.

Cette hypocrisie n’a que trop duré ! Le 26 mai, les Français doivent choisir des députés européens qui refuseront cette logique de soumission.

Cécile Bayle de Jessé 
Membre du bureau national
Déléguée nationale à l'épanouissement familial
Candidate n°6 sur la liste pour les élections européennes