Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mardi 28 jan 2020

Coronavirus : Quand le Gouvernement prendra-t-il les mesures nécessaires pour assurer le minimum du principe de précaution ?

Le 28 janvier 2020,

Entre psychose excessive et légèreté irresponsable, je demande au Gouvernement d’appliquer un minimum de précaution face au Coronavirus, comme de nombreux autres pays le font. En effet, la viralité et l’agressivité hors-norme de ce virus sont reconnues par la communauté scientifique et inquiètent légitimement les Français.

En Chine, le Coronavirus a déjà causé la mort d’une centaine de personnes et contaminé des milliers d’individus, conduisant au confinement de plusieurs dizaines de millions d’habitants ! A titre de comparaison, alors qu’une vingtaine de vols arrivent quotidiennement sur notre sol en provenance de Chine,  il apparait évident que la seule présence d’une équipe médicale à l’Aéroport de Roissy et d’affiches d’information pour les passagers ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Quand le Gouvernement prendra-t-il les mesures nécessaires pour assurer le minimum du principe de précaution ? La Ministre de la Santé, Mme Buzyn, doit s’expliquer.

Le bon sens impose que le Gouvernement comme dans beaucoup de pays prenne un minimum de mesures simples :

1.       Contrôle thermique dans les avions. Par exemple en Russie et en Turquie, les passagers venant de Chine sont contrôlés dès l’atterrissage à bord de l’avion par du personnel médical équipé de caméras thermiques, avant même l’arrivée aux douanes. La Ministre de la Santé estime cette mesure inefficace mais elle constitue une précaution minimale pour détecter la plupart des personnes atteintes de fièvre.
2.       Formulaire de traçabilité des voyageurs au cours des 14 derniers jours à remplir dans l’avion pour tous les vols provenant de Chine et du Sud-est asiatique.
3.       Confinement de précaution à domicile pendant 14 jours correspondant à la période d’incubation avec arrêt maladie pour les voyageurs en provenance de Chine.
4.       Relance de la production nationale des principes actifs des médicaments dont beaucoup sont délocalisés en Chine, pour ne pas dépendre de la production chinoise en cas d’explosion de l’épidémie.
5.       Rétablissement des contrôles aux frontières nationales.

Ces mesures de précaution élémentaires prises dans beaucoup de pays permettront de rassurer nos compatriotes et d’éviter toute psychose inutile, qui surchargerait notamment nos urgences déjà saturées.

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout La France