Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Lundi 15 avr 2019

Accord de commerce UE-EU : la Commission Européenne contre les intérêts de la France

Le 15 avril 2019,

Debout La France dénonce la validation ce matin par le Conseil de l’Union Européenne du nouveau mandat de négociation commerciale entre l’Union Européenne et les Etats-Unis malgré l’opposition de la France. Ces négociations ont été initiées par Jean-Claude Juncker durant l’été 2018.

Cette décision honteuse intervient alors que l’Union Européenne fait face à une guerre commerciale sans précédent de la part des Etats-Unis sur les tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium, le retrait de l’accord de Paris sur le climat et le pillage de nos industries stratégiques comme Alstom. A cela s’ajoute l’attitude inacceptable de Washington dans le dossier Iranien et qui exige de l’UE que l’on cesse le dialogue et qu’on rejoigne les sanctions illégales contre l’Iran.

En réalité, la Commission Européenne cède aux pressions américaines et allemandes. D’un côté, les américains veulent nous vendre leurs marchandises librement et de l’autre, l’Allemagne est prête à céder sur tout pour défendre son industrie automobile.  

Le vote du mandat démontre l’isolement de la France, seule à s’opposer à ce texte, qui montre bien l’échec total de la politique européenne d’Emmanuel Macron. Incapacité à discuter avec Berlin, rupture avec les pays de l’Est, absence de dialogue avec les pays du sud et lutte verbale avec l’Italie, voilà le bilan d’un Président qui prétend diriger l’Europe mais qui se retrouve seul pour défendre nos intérêts. Même sur l’agriculture, l’exclusion annoncée de ce secteur des négociations est contestée par les propos des représentants américains au commerce. Le Président de la Commission « Commerce International » du Parlement européen, l’allemand Bernd Lange, avait fait voter une résolution du Parlement Européen contre l’ouverture de ces négociations le mars 2019. Une telle opposition est significative de la part de la Commission qui valide systématiquement tout ce qui renforce le libre-échange.

Debout La France s’est toujours opposée à ces grands traités négociés dans l’ombre. Au Parlement Européen, nous serons une force d’opposition à ces traités dangereux d’un point de vue social et environnemental. L’indépendance de l’Europe passe par notre capacité à refuser la colonisation économique par les Etats-Unis ou la Chine.

Ainsi, nous proposons que tout traité de commerce soit impérativement voté par référendum ou par le Parlement dans chaque pays membre avant d’être appliqué.

Nicolas Dupont-Aignan
Président de Debout La France
Député de l’Essonne