Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Dimanche 18 avr 2021

60 ans de la Direction Générale de l’Armement…ou comment soutenir la souveraineté en France dans le domaine des programmes d’armement ?

Un anniversaire qui nous rappelle l’importance d’une vision stratégique et d’un effort national[1] en matière de défense !

La direction générale de l’armement (DGA) fête ses 60 ans. D’abord sous le nom de délégation ministérielle pour l’armement (DMA), elle avait été voulue par le général de Gaulle comme composante essentielle de l’indépendance stratégique en matière de défense.
Indépendance par des programmes d’études, de recherche et de fabrication d’armement, mais aussi par la tutelle des établissements publics ou le contrôle des entreprises concernés[2].

Aujourd’hui, le rôle de la DGA a largement évolué avec l’abandon notamment de l’aspect fabrication (transformation de la Direction des constructions navales -DCN-par exemple), ce qui constitue une réelle faiblesse qui ne sera pas sans conséquences pour l'avenir.
Cependant, la DGA continue à avoir un rôle majeur à mener en matière d’innovation et de maintien de la base industrielle et technologique de défense (BITD) de la France, garant de la souveraineté nationale.

Cet anniversaire est aussi l’occasion de rappeler l’attachement de Debout la France à la dissuasion nucléaire, vocation première de la DMA, à l’innovation stratégique et scientifique en matière de défense et à l’indépendance nationale dans ce domaine, tout en menant des coopérations à la carte avec nos alliés traditionnels, mais aussi avec d'autres puissances militaires.

Pour cela, Debout la France préconise notamment :

- Une protection des brevets et de l'indépendance stratégique de notre BITD, dont l’importance a été soulignée récemment par les tergiversations autour du programme SCAF....pas de transfert de téchnologie vers l'Allemagne.

- Une vigilance accrue lors de la prochaine actualisation de la loi de programmation militaire (LPM 2019-2025) par l'adoption d'un objectif de sanctuarisation du budget de la défense à plus 2% du PIB sur la durée de la LPM.

- Une ré-industrialisation étatique de certains secteurs de l'industrie de l'armement (notamment armement petit-calibre, munitions......) pour éviter le recours à des fournisseurs étrangers et ainsi se ré-accaparer la capacité de production vitale des équipements indispensables dès le temps de crise.

 

Bureau national
Groupe de travail Défense et Sécurité nationale Debout la France

 

[1]                           Sources : site DGA et  « meta défense » et rapport du Sénat n°605 « l’industrie de défense dans l’œil du cyclone » Pascal ALLIZARD et Michel BOUTANT, 8 juillet 2020.

[2]                           Décret n°61-308 du 5 avril 1961 fixant les attributions du délégué ministériel pour l’armement.