Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Lundi 01 avr 2019

Stop au démantèlement de l’école publique !

Décidément Jean-Michel Blanquer n’échappera pas à la triste habitude des ministres de l’Education Nationale qui veulent toujours marquer leur passage par une réforme.

Mais celle de Monsieur Blanquer risque de parachever le travail de ces prédécesseurs et de porter un coup fatal à l’école primaire.

En cause son projet de rendre les barrières moins étanches entre primaire et collège.

En effet, le ministre de l’Education nationale veut abattre le mur entre primaire et collège pour faciliter le suivi et le parcours des élèves du CP à la troisième. A l’image de ce qui se fait déjà dans certaines régions, un collège pourrait ainsi s’associer avec une ou plusieurs écoles primaires dans une même entité.

D’un point de vue matériel, cela se traduirait par un partage des locaux ou des installations sportives. Au niveau pédagogique, des enseignants du collège pourraient donner des cours en primaire, par exemple en langues.

Nous savons tous que chaque niveau d’enseignement a ses spécificités et que les connaissances et compétences que l’élèves doit acquérir à l’école maternelle, puis à l’école élémentaire nécessitent une approche pédagogique ciblée et des enseignants formés.

Parallèlement il est essentiel de cloisonner ces différents niveaux avec une direction dédiée.

L’enseignant de l’école primaire est polyvalent, à la différence de ses collègues du second degré.

Les approches pédagogique et didactiques sont au coeur des conseils des maîtres de cycles du premier degré mais dans le respect de chaque niveau d’enseignement.

Cessons de vouloir toujours plus d’ouverture, de décloisonnement, de dilution pour revenir aux fondamentaux et respecter l’élève dans son développement et ses apprentissages.

Nul doute que Michel Blanquer cherche a faire des économies en visant la suppression de postes de directeurs d’écoles S’il est une constante macabre ce n’est certainement pas celle d’André Antibi mais plutôt celle liée aux réformes successives de l’Education Nationale qui n’ont de cesse de saper les bases de notre système éducatif.

Stéphane Berton, référent éducation nationale 1er degré
Marc Chapuis, Délégué National à l'instruction publique
Michel Colas, Délégué National aux catégories socio-professionnelles