Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mercredi 02 oct 2019

Nicolas Dupont-Aignan et Debout La France soutiennent la « Marche de la colère » des forces de l’ordre !

En ce jour de mobilisation inédite de nos forces de l’ordre, Nicolas Dupont-Aignan et Debout La France tiennent à leur apporter tout leur soutien et leur admiration. 

La vague de suicides sans précédent qu’affronte leur profession témoigne d’un malaise profond : 52 policiers morts depuis janvier 2019 ! Face à ce phénomène tragique, le Gouvernement n’a annoncé que des mesurettes parmi lesquelles la création d’une « cellule de vigilance », bien loin de résoudre les problèmes quotidiens que subissent nos policiers et gendarmes :

> Un épuisement généralisé sans reconnaissance du travail effectué. De plus en plus sollicitées, nos forces de l’ordre ont accumulé près de 23 millions d’heures supplémentaires qui n’ont toujours pas été payées et ne bénéficient actuellement que d’un week-end de repos tous les six week-ends ! Il aura fallu une mobilisation intense des syndicats pour que le Gouvernement annonce une enveloppe de près de 350 millions € afin de payer les primes et une partie des heures supplémentaires, puis une réflexion sur la révision des cycles de travail afin de dégager davantage de temps libre. Mais sans augmentation des effectifs et sans paiement de l’intégralité des heures dues, la réponse du Gouvernement est malheureusement loin d’être à la hauteur de la détresse vécue par nos forces de l’ordre.

> Une dégradation continue des conditions de travail. Face au manque d’effectifs, Emmanuel Macron s’était engagé en 2017 à recruter 10.000 policiers et gendarmes au cours du quinquennat. Mais la réalité est tout autre : alors que le Gouvernement communique d’un côté sur la création de 1347 postes supplémentaires pour le Ministère de l’Intérieur en 2020, il va de l’autre côté baisser ses effectifs de près de 2500 agents ! Pire, malgré des locaux totalement insalubres et des équipements souvent vétustes, le Gouvernement va baisser les dépenses de fonctionnement de 167 millions € et les dépenses d’investissement de 58 millions € en 2020 ! L’hypocrisie de l’exécutif démontre le peu de considération qu’il porte à ces femmes et ces hommes garants de notre sécurité.

> Un ensauvagement de la société et un laxisme judiciaire insoutenables. Nos forces de l’ordre font face à une explosion des agressions : près de 200 par jour contre nos policiers, gendarmes et pompiers. Cette menace quotidienne s’accompagne d’un laxisme judiciaire croissant qui devient insupportable : en effet, les délinquants arrêtés sont rarement condamnés et quand ils le sont, généralement relâchés sans que leurs peines ne soient appliquées ! La démission de l’Etat face au désordre qui règne dans notre pays est intolérable.

L’abandon de nos forces de l’ordre par le Gouvernement ne peut plus durer. C’est pourquoi Nicolas Dupont-Aignan et Debout La France défendent depuis de nombreuses années des solutions concrètes pour faire respecter nos forces de l’ordre et améliorer leurs conditions de travail, tout en rétablissant l’ordre dans notre pays.

 

Les solutions de Debout la France

1/ Respecter nos forces de l’ordre et améliorer leurs conditions de travail :

Défiscaliser vraiment les heures supplémentaires et payer dans l’année les 24 millions d’heures dues (hausse de 20% pour les seules années 2015 et 2016), soit 250 millions d’euros. 

Recruter 30 000 représentants des forces de l’ordre et 10 000 personnels administratifs pour remplir les tâches administratives qui paralysent les services.

Investir massivement dans l’équipement et lancer un grand plan de rénovation et construction de commissariats de police et de casernes de gendarmerie pour que vous travailliez dans de bonnes conditions. Par exemple, construire 4 casernes par an coûterait 100 millions d’euros.

- Mettre fin à l’inefficace politique du chiffre et que la justice ait le courage de s’attaquer aux vrais voyous.

- Recentrer les missions de police sur l’essentiel et cesser la multiplication des tâches indues.

2/ Rétablir une politique sécuritaire et judicaire ferme :

- Instaurer des peines planchers de prison ferme pour toute agression de fonctionnaires de police, de gendarmerie ou de pompiers.

- Autoriser le port permanent de l’arme 24h/24 et 7j/7 pour les forces de l’ordre en complément d’une formation de qualité.

- Introduire dans le code pénal la notion de présomption objective de légitime défense pour les forces de l'ordre.

- Construire 40 000 places de prison supplémentaires.

- Mettre en place une peine de 10 ans de réclusion criminelle en cas de détention ou de port d’arme de guerre illégal et pour des affaires liées au terrorisme et au grand banditisme, trafic de stupéfiants compris.

- Appliquer une politique de tolérance zéro, notamment contre les trafiquants de drogue et mener une politique de reconquête des zones de non-droit.

- Appliquer l’article 411-4 du code pénal (30 ans de réclusion criminelle pour intelligence avec l’ennemi) pour incarcérer les djihadistes.

- Expulser immédiatement les fichés S étrangers.

- Expulser immédiatement tout étranger condamné à une peine criminelle ou délictuelle.