Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Jeudi 03 sep 2020

Interview exclusive de Nicolas Dupont-Aignan dans Valeurs Actuelles

Dans une interview de deux pages publiée ce jeudi 3 septembre 2020 dans Valeurs Actuelles, Nicolas Dupont-Aignan exprime ses positions sur plusieurs enjeux de la rentrée :

  • Interrogé sur l’ensauvagement de la société et « le lien entre l’immigration et la délinquance », Nicolas Dupont-Aignan dénonce l’impunité des « islamo-racailles […] faute de réponse ferme du Gouvernement ». « Il faut interdire le salafisme et fermer les 120 mosquées qui prêchent la haine sur notre sol. Nous devons interpeller, condamner et expulser. Debout La France propose de supprimer le droit du sol, de déchoir de la nationalité les criminels binationaux et de renégocier les traités européens, en particulier la CEDH, pour expulser tout criminel étranger. »
  • A propos de l’avenir de la droite dans le pays, Nicolas Dupont-Aignan constate que « le fossé entre les électeurs LR et leurs dirigeants n’a jamais été aussi grand », rappelant que « les Républicains ont refusé de signer ma proposition pour déclencher un référendum sur l’immigration, qui reprenait pourtant leurs promesses ». Il précise que « Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, François Baroin ont tous échoué au pouvoir, trahi les Français, et partagent l’essentiel avec Emmanuel Macron. On ne peut plus leur faire confiance. » Le Président de Debout La France appelle ainsi « les personnalités lucides, comme Bruno Retailleau, Julien Aubert ou Eric Ciotti » à « trancher » la position de LR vis-à-vis d’Emmanuel Macron.
  • Concernant l’élection présidentielle de 2022, Nicolas Dupont-Aignan propose « l’organisation d’une grande primaire des patriotes » et affirme que « 2017 a démontré que le Rassemblement national ne gagnera jamais seul. Il faut donc élargir et rassembler, en laissant nos électeurs choisir leur candidat : DLF, LR, RN… ensemble, nous pouvons gagner ! ». Il alerte par ailleurs sur le fait que « La France est en danger de mort ! Gagnons dès 2022 pour rétablir l’ordre, produire en France et régler la question migratoire et identitaire. »