Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mercredi 12 juil 2017

Un pacte de stabilité, plus important que la sécurité des Français ?

Le candidat Macron promettait, en mars dernier, de fixer le budget de la Défense à 2% du PIB "hors pensions et hors surcoûts opérations extérieures", le Président Macron annonce lui, une réduction de dépenses de 850 millions d'euros, soit 20% de l’effort demandé aux ministères, en plein état d’urgence !

La Ministre de la Défense, Florence Parly, se croit rassurante en expliquant aux Français que les économies ne seront pas réalisées sur le fonctionnement, mais sur l’investissement et l’entraînement de nos forces armées.

Alors que c’était justement dans l’objectif de « renouveler les avions ravitailleurs, moderniser les blindés de l’armée de terre, ainsi que la flotte de surface de notre marine nationale » que le candidat Macron justifiait l’augmentation du budget de la Défense qu’il avait promis lors de la campagne présidentielle !

Gérald Darmanin, ministre chargé des comptes de l’Etat, issu des LR, semble vouloir faire assumer au seul ministère de la Défense le coût des opérations extérieures, en cours d’année et en totale contradiction avec la loi de programmation militaire 2014-2019, qui impose un financement interministériel !

Ces annulations de crédits interviennent alors que trois Français de l’opération de lutte antiterroriste « Barkhane » ont été blessés, samedi, au Mali. Avec un équipement et un entrainement réduit à peau de chagrin, c’est la fin des opérations extérieures, à moins de mettre en danger nos militaires, qui jouent leur vie sur les théâtres d'opération.

J’appelle donc le Président de la République, Chef des armées, à revenir sur cette décision irresponsable pour la sécurité de nos hommes et pour les Français.

 

Nicolas Dupont-Aignan

Député de l’Essonne

Président de Debout la France