Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mercredi 18 oct 2017

Sécurité : l’hypocrisie a remplacé l’idéologie

Emmanuel Macron a prononcé aujourd’hui depuis l'Élysée un discours sur la politique de sécurité qu’il compte mettre en œuvre.

La "nouvelle" police de sécurité quotidienne (PSQ) n’est que l’arbre qui cache la forêt car tout reste à faire dans ce domaine.

S’il est évident que les forces de l’ordre doivent pouvoir intervenir au plus près du terrain, encore faut-il leur donner les moyens d’agir.

D’abord en recrutant 30 000 représentants des forces de l’ordre et 10 000 personnels administratifs pour compenser les pertes d’effectifs depuis 2007 et réaffirmer le rôle de l’Etat et assurer la sécurité de nos concitoyens.

De même, il est nécessaire de renforcer et moderniser les moyens matériels des policiers et gendarmes, qui exercent leur métier dans des conditions indignes de notre République : commissariats délabrés, matériel usé, véhicules dégradés, etc…

Néanmoins, il serait naïf de croire que des moyens supplémentaires suffiront car le gouvernement refuse toujours de prendre les mesures qui s’imposent : le rétablissement des contrôles aux frontières nationales et la fin du laxisme judiciaire.

Si la volonté d’expulser les délinquants étrangers de notre territoire est légitime, et c’est ce que je propose depuis longtemps, l’exécutif va se fracasser sur le mur des réalités : sans le contrôle de nos frontières nationales, cette mesure est vouée à l’échec !

Pire encore, la politique judiciaire laxiste poursuivie par ce gouvernement contribue sur le terrain, tous les témoignages concordent,  à réduire à néant le travail de nos policiers.

Notre Justice continue de vider les prisons et de laisser les délinquants dans la nature menacer leurs victimes.

Les bandes qui dévalisent, violentent ou dépouillent nos concitoyens, les caïds et les voyous qui pourrissent la vie de nos quartiers continuent de vivre en toute impunité.

Enfin, comment prétendre vouloir assurer la sécurité des Français après avoir levé l’état d’urgence, alors même que notre pays est en guerre ?`

Face au terrorisme, notre faiblesse, notamment en acceptant le retour sur notre territoire de djihadistes passés par la Syrie, expose les Français à des menaces supplémentaires.

En vérité, l’idéologie dangereuse de Mme Taubira a été remplacée par des discours hypocrites en totale contradiction avec les actes.  Avec M. Macron, le temps du laxisme et des compromissions a malheureusement de beaux jours devant lui.

 
Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout la France