Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mercredi 25 juil 2018

Nicolas Dupont-Aignan appelle ses collègues de l’opposition et du Modem à boycotter la Commission d’Enquête de l’Assemblée nationale

Les basses œuvres menées aujourd’hui sur ordre de l’Elysée par la présidente de la Commission d’enquête parlementaire Yaël Braun-Pivet et d’autres parlementaires LREM ont achevé de justifier ma décision de claquer la porte de cette mascarade.

Après une conférence de presse scandaleuse de Yaël Braun-Pivet expliquant par avance que l’affaire Benalla/Macron ne serait qu’un dysfonctionnement policier, la présidente de la Commission a raccourci d’autorité les auditions en refusant la quasi-totalité des personnes qui devaient être auditionnées. Pour les députés En Marche, seul le Préfet de police de Paris et M. Gibelin devaient à nouveau être convoqués, désignés de facto comme les fusibles à faire sauter pour sauver Emmanuel Macron.

Il faut dire qu’en seulement deux jours de travail, les Commissions d’enquête de l’Assemblée Nationale et du Sénat ont déjà mis en lumière de nombreux mensonges du pouvoir. Ainsi au Sénat, nous avons appris que la suspension de 15 jours d’Alexandre Benalla n’avait pas entraîné  de retenue salariale ! Il s’agissait donc bien d’une sanction complétement bidon.

Face à cette situation inique et ces manipulations de l’Elysée, j’appelle mes collègues députés à ne plus cautionner cette mascarade.

Seule la Commission du Sénat a désormais les moyens de mener une enquête décente et indépendante.

L’affaire Benalla Macron a mis en lumière l’affaiblissement considérable de l’Assemblée Nationale qui est complétement dans la main de godillots d’Emmanuel Macron.

 

 

Nicolas Dupont-Aignan

Président de Debout la France

Député de l’Essonne