Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mardi 17 avr 2018

Lancement d'un référendum d'initiative partagée sur l'immigration

 
Seul un référendum peut stopper la submersion migratoire !
 

Ce mardi 17 avril, Emmanuel Macron lance ses « consultations citoyennes » sur l’Union Européenne. 

Il invente une fausse démocratie participative où quelques privilégiés et personnes autorisées vont relayer sa communication tout azimut tout en faisant semblant d’écouter les Français.

Or la seule consultation citoyenne qui vaille, celle qui donne vraiment la parole au peuple, c’est le référendum ! 

Référendum que refuse systématiquement le pouvoir, à l’image du CETA appliqué au mépris des citoyens et sans même le vote du Parlement !

Les Français ne seront pas dupes de cette opération de propagande aux frais de l’Etat en vue des élections européennes de mai 2019. 

Convaincus que nos concitoyens veulent décider de leur destin sur les grands enjeux nationaux et européens, le projet présidentiel de Nicolas Dupont-Aignan proposait lors de la Présidentielle cinq référendums.

Le premier référendum proposait aux Français de choisir leur politique migratoire, enjeu vital pour l’ensemble du continent européen.

Au moment où le gouvernement présente au Parlement son projet de loi « Asile et Immigration » aussi creux qu’inefficace, où la justice poursuit les opposants qui osent dire la vérité sur la submersion migratoire, seul le peuple peut donner à l’Etat la légitimité et les moyens de protéger la Nation.

Nicolas Dupont-Aignan, Député de l'Essonne, et Jean-Louis Masson, Sénateur de Moselle, proposent aux Français d’enclencher pour la première fois dans notre pays le Référendum d’initiative partagée prévue par la Constitution (www.referendum-immigration.fr)

Au-delà des clivages politiques, chaque parlementaire, Sénateur ou Député, devra prendre ses responsabilités car 185 parrainages sont nécessaires avant de réunir les signatures des Français. Ils écriront dans les prochains jours à l'ensemble de leurs collègues Parlementaires.

La signature de la proposition de loi ci-jointe par 4.6 millions de nos concitoyens (10% du corps électoral) permettra de soumettre ce texte au vote des Français. 

Enfin, nos concitoyens pourront avant qu’il ne soit trop tard reprendre le pouvoir sur la question migratoire !

 

Les 5 mesures proposées sont à la fois suffisamment fortes pour régler la crise migratoire, tout en étant partagées par une majorité de Français et nombre de forces politiques :

1)  Le rétablissement des contrôles aux frontières nationales (abolition des règles de l’espace Schengen).
 
2)  Le vote chaque année par le Parlement de quotas (nationalité, profession) pour réduire au strict minimum l’immigration légale.
 
3) La sanctuarisation du droit d’asile aux seules personnes vraiment menacées et le placement de tous les demandeurs en centre de rétention administrative le temps de la procédure ; les déboutés devront être systématiquement éloignés du territoire.
 
4)  La limitation de l’immigration familiale et l’instauration d’un délai de carence pour l’octroi des aides sociales.
 
5) L’expulsion systématique des clandestins et des ressortissants étrangers ayant commis un crime ou un délit.