Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Lundi 12 mar 2018

Elections législatives italiennes : quels enseignements pour Debout La France ?

Le 9 mars 2018 , par Brice Wartel, délégué national

Les électeurs italiens viennent de voter aux élections législatives pour désigner leurs députés et leurs sénateurs. Les résultats sont d’autant plus intéressants à analyser que le taux de participation a été assez élevé (74%).

Il en ressort trois enseignements majeurs.

Premier enseignement : le score du Mouvement 5 étoiles, créé et dirigé par l’ancien amuseur Beppe Grillo, est impressionnant. Alors que le parti est né il y a environ 10 ans, il atteint presque 32% des voix, soit environ un tiers des électeurs. Ce qui n’est pas négligeable pour une formation souvent désigné sous le qualificatif de « populiste ».

Ce résultat est d’autant plus remarquable qu’il y a cinq ans, le mouvement atteignait environ un électeur sur quatre, et avait emporté des municipalités importantes en 2016, notamment la mairie de Rome.

Deuxième enseignement : le bouleversement au sein même de l’alliance constituée par les trois partis situés à la droite de l’échiquier politique : Forza Italia, parti du richissime Silvio Berlusconi ; le mouvement Les Frères d’Italie, mouvement dit « postfasciste » ; et la Ligue (anciennement Ligue du Nord), dirigée par Matteo Salvini (44 ans seulement).

Forza Italia, qui escomptait arriver en premier devant ses deux alliés en vue d’être décisionnaire et de diriger le prochain gouvernement, n’obtient qu’environ 13% des voix. C’est la Ligue qui arrive largement en tête de la coalition avec 18% des voix ! Ce parti, autrefois régionaliste, allant jusqu’à prôner une autonomie maximale pour le nord de l’Italie, se métamorphose en parti à dimension nationale, réalisant même de très bons résultats dans les régions du sud.

Enfin, troisième enseignement : l’effondrement du parti démocrate (PD), ancien parti social-démocrate, communément situé au centre-gauche : il ne rassemble pas même 19% des suffrages. C’est un résultat catastrophique pour ce parti qui, il n’y a pas si longtemps, dirigeait le gouvernement avec à sa tête le jeune et prétendu moderne Matteo Renzi, ferveur défenseur de l’Union européenne, alter ego d’Emmanuel Macron en France.

Après le coup de tonnerre du Brexit, puis les scrutins en France, en Tchéquie, en Allemagne, en Autriche, ces résultats électoraux sont une nouvelle illustration de la progression continue parmi les différents peuples européens, de l’hostilité à l’Union européenne et à son leitmotiv d’« établir les fondements d'une union sans cesse plus étroite ». Les italiens, comme d’autres peuples européens avant lui, ont exprimé leurs craintes quant aux enjeux migratoires et à l’absence de frontières pour y faire face.

Ces résultats sont donc le pire scénario pour les instances dirigeantes de l’Union européenne, d’autant plus qu’ils émanent d’un pays qui exprimait encore récemment, le plus fort taux d’attachement à l’approfondissement de la construction européenne.

Pour Debout La France, ces résultats sont de bon augure :

  • sa critique de l’orientation prise par l’Union européenne au cours des dernières années, est en phase avec l’opinion de franges de plus en plus larges des populations européennes ;
  • un leader apprécié des médias et des cercles économiques (Emmanuel Macron…), peut faire l’objet d’un rejet populaire particulièrement clair après seulement quelques années (Matteo Renzi…).
  • au sein d’une coalition, les rapports de force électoraux sont très évolutifs et un parti a priori simple supplétif, peut très rapidement devenir leader de son camp et jouer un rôle de premier plan dans une alliance gouvernementale ;
  • un décollage électoral est possible : après les résultats de Nicolas Dupont-Aignan aux dernières élections présidentielles (environ 5%) et les sondages pour les élections européennes 2019 (environ 6-7 %), des scores à deux chiffres sont tout à fait envisageables.

Que d’espoirs pour Debout La France et les Amoureux de la France !

 

Brice Wartel, délégué national DLF