Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Jeudi 27 sep 2018

Discours de Patrick Mignon au Congrès DLF 2018

Congrès DLF — 23 septembre 2018

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chères amies, chers Compagnons,

Je suis rentré ce matin de Washington aux États-Unis où notre mouvement était le seul à être invité au congrès annuel que les Républicains conservateurs sociaux tiennent ce week-end. Y participent des élus venant de tout le territoire américain. Aucun autre parti politique français n’y était et je veux donc y voir un signe de l’intérêt que Debout La France suscite.

Ah mais… j’entends d’ici les commentaires sur notre participation à une manifestation organisée par des soutiens de Donald TRUMP ; infréquentable s’il en est.
C’est tellement facile de déclarer « infréquentable » ceux dont on ne supporte pas la contradiction : TRUMP donc, mais aussi ORBAN, SALVINI, CONTE, FARAGE, KURZ ! Nos donneurs de leçons hexagonaux oublient juste que tous ces « infréquentables » chefs d’État, de gouvernement, de parti, ministres et députés ont tous été démocratiquement élus!

Mais il est vrai que cette gauche moralisatrice et donneuse de leçons a toujours tenté de reprendre ailleurs ce qu’elle avait perdu dans les urnes…

 

Dans 8 mois vont se tenir des élections de la plus haute importance.

  • Pour DLF d’abord ce sera le 1er scrutin après les tumultes de la séquence Présidentielle / Législatives.
  • Pour Emmanuel MACRON, ce sera aussi un scrutin de 1ère importance : son 1er scrutin national depuis son élection, le 1er scrutin de sa… « République exemplaire ».

 

Parlons-en au fait de la République exemplaire, quelques noms très rapidement : A. KOHLER, A. SAAL, Fr. NYSSEN, Ph. BOSSON l’écrivain, M’jid EL GUERRAB le député LREM qui met bien son casque, mais sur la tête des autres…, A. BENALLA et : cerise sur le gâteau, le tout nouveau président de l’Assemblée Nationale R. FERRAND ! C’est ça le nouveau monde ? Vraiment !?

 

En fait JUPITER-LE-PETIT, comme je pourrais nommer maintenant M. MACRON, est le président de toutes les fractures, notamment sociale, sociétale et communautaire. Rien ni personne n’échappe à son profond mépris : il oppose les éduqués aux illettrés, ceux qui sont quelque chose à ceux qui ne sont rien, les lépreux nationalistes aux gentils progressistes, les Gaulois réfractaires aux autres peuples forcément plus sages puisque non « Gaulois » et « ouverts ». Concernant cette dernière saillie sur les Gaulois, qu’il a de plus faite à l’Étranger, c’est pour moi une double faute, gravissime : non seulement c’est l’histoire de la France, ses racines, qu’il dénigre hors de nos frontières mais en plus il banalise l’emploi à titre péjoratif du terme de gaulois dont on sait comment il est utilisé par les racailles dans les quartiers.

Et tout ceci sans oublier enfin que dans sa bouche, nous sommes tous des criminels contre l’Humanité ! Il n’y a d’ailleurs plus qu’à attendre de recevoir la facture de M. BOUTEFLIKA, lui qui ne paie pas la sienne aux hôpitaux qui l’ont soigné…

 

  • Nous sommes donc selon le président de la République et ses soutiens médiatiques des horribles « populistes ». Qu’ils y prennent garde : dans “populiste“ il y a ce qu’ils ont oublié, le peuple et il se pourrait fort que nous soyons populaires…
     
  • Pour lui nous sommes aussi d’affreux « nationalistes » Et bien non, je ne hais pas les autres parce qu’ils sont « autres ». Mais j’aime mon pays, la patrie au sens charnel que Ch. PEGUY lui a donné. Je ne suis donc pas nationaliste mais patriote !
     
  • Identitaire alors ? Et encore une fois non, car si je ne rejette pas les autres, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas la même identité que moi, j’entends bien la défendre, moi, cette identité ! Pour E. ZEMMOUR, que j’apprécie tout particulièrement, l’identité de la France, c’est son Histoire avec un grand ‘H’. Histoire que certains veulent faire disparaître ou tout au moins réduire.
    NON M. MACRON l’histoire de France ne commence pas à la Révolution !
    Et OUI elle a au moins 2000 ans ! Ça devrait vous rendre modeste ! 2000 ans, avec ses parts d’ombre mais aussi de lumière.

 

Pour faire disparaître la France, le président de la République n’évoque que les ombres ; il est dans la repentance permanente, hier encore en ravivant des plaies non cicatrisées de la guerre d’Algérie avec comme conséquence immédiate une culpabilisation collective encore plus grande. Mais, désolé M. MACRON, il y a dans notre histoire bien plus de Lumière que d’ombre et pas seulement limitée au siècle du même nom !

 

En fait s’il passe son temps à dénigrer ceux qui ne sont pas dans le « camp du bien », s’il nous accable de son immense mépris, c’est qu’il a un projet plus ou moins caché. Et je pense moi, pauvre Gaulois lépreux que je suis, que son projet est la dissolution de la France dans l’Union Fédérale Européenne. Et que du coup il rêve, comme V. GISCARD D’ESTAING en son temps, d’être le 1er président de cette Europe fédérale !
 

D’où l’importance de ces élections européennes de 2019.

 

Cette élection a ceci de très particulier qu’elle est à l’échelle nationale intégralement à la proportionnelle, à un seul tour, avec une abstention très forte, autour de 60%.

 

Donc a priori très favorable. Mais attention, cette élection est un piège :
 

  • les électeurs qui se déplacent pour y sanctionner le pouvoir en place pensent pouvoir le faire à moindre frais dans une élection sans conséquence.
     
  • colossale erreur car en se défoulant ainsi ils n’envoient pas au Parlement européen les représentants réellement déterminés à les défendre contre Bruxelles.
    Pour preuve, le dernier épisode du vote du groupe PPE en faveur de sanctions contre la Hongrie de Viktor ORBAN – lequel d’ailleurs appartient au PPE !
    Et tout ceci alors que L. WAUQUIEZ, président des Républicains parti également membre de ce groupe PPE, venait de déclarer, je cite : « une question de vie ou de mort se pose pourtant à l’Union Européenne : soit l’Europe protègera, soit elle disparaîtra. » Et ils ont osé condamner Viktor ORBAN parce qu’il entend protéger son peuple et son pays…

 

Alors… ?

Alors, le politologue canadien francophone M. BOCK-CÔTE l’affirme : « La prochaine élection européenne sera un référendum sur l’immigration. » Personnellement, je souscris à cette analyse.

Et d’ailleurs H. VEDRINE lui-même avertit dans le journal Les Échos du 7.9 : « Les élites doivent écouter les demandes d’identité, de souveraineté et de sécurité des peuples. »

J’ajouterais : pas seulement écouter, mais surtout entendre !

 

  • Debout La France est le seul mouvement à proposer un système européen de coopérations libres et choisies d’État à État.
     
  • Debout La France est le seul parti à avoir des propositions raisonnables sur l’immigration :
     
    • Ni une immigration “zéro” qui n’a aucun sens et aucune chance de pouvoir être appliquée,
    • Ni une immigration “libre” avec des frontières extérieures de l’Union ouvertes à tous les profiteurs de nos généreux systèmes sociaux,
    • Mais un rétablissement de nos frontières nationales afin de contrôler qui entre, mais aussi qui sort !
      C’est R. DEBRAY, peu suspect de xénophobie, qui a clairement établi dans son « Éloge des frontières » que, je cite : « La frontière est l’antidote au mur. » Une frontière qui fonctionne : pas de mur, ni réel, ni mental.
       
  • Debout La France n’est pas “anti-européen” mais “anti-Union Européenne”.

    En réalité, la plus “anti-européenne” est l’Union elle-même, tellement elle s’est éloignée des objectifs d’origine !
     

    • Nous devons donc impérativement obtenir la suppression pure et simple de la Cour Européenne des Droits de l’Homme !
      D’autant plus que la référence explicite à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen figure en préambule de notre Constitution.
      Pas besoin de ce gouvernement des juges par ailleurs non élus donc sans aucune légitimité autre que celle conférée par des traités… qui peuvent toujours être dénoncés.
       
    • Nous devons aussi œuvrer à l’élimination des structures non démocratiques, non élues et supranationales que sont la Commission européenne, la Cour de justice européenne et la Banque centrale européenne.
       
  • Enfin, pour répondre à la situation extrêmement préoccupante de la pression démographique actuelle et future du continent africain, il est plus qu’urgent de relancer la proposition faite lors de l’élection présidentielle : un véritable “plan Marshall” pour l’Afrique ! De façon déterminée, mais sans naïveté en imposant des contrôles permanents de l’emploi des investissements consentis.
    Et ce plan Marshall devrait avoir comme première mesure la proposition de J.L. BORLOO – oui, oui, il n’en a pas eu que des mauvaises – mesure de BORLOO donc qui avait placé “l’électrification de l’Afrique” au rang de priorité.
    Car en Afrique, je l’ai vécu : sans électricité, pas d’eau courante, pas de santé, pas d’enseignement, pas de technologie. Pour reprendre le slogan “Punk”, sans électricité : « No future ! » Pas d’avenir ! »
  • Alors oui, bien évidemment les drames humains de ceux qui meurent en tentant de traverser la Méditerranée sont des déchirements.
    Mais cela ne doit pas nous empêcher de dénoncer avec force l’odieuse complicité des ONG qui vont chercher leurs “cargaisons” en limite des eaux territoriales libyennes et autres…
    Bizarrement, à bord on ne voit que très peu de femmes et d’enfants, pas de vieux, que des hommes jeunes.
    Quant à leur statut de demandeurs d’asile il est plus que douteux – et je réaffirme ici que la France doit continuer à être une terre d’asile, pour ceux qui le demandent, à la frontière, et sont de vrais réfugiés, de guerre ou politiques.
    Mais à mon avis, quand on est réfugié on ne débarque pas avec à la main un téléphone portable dernier cri et le forfait qui permet de l’utiliser !
    D’ailleurs, au fait, payés par qui tout ça ? Car ils sont prohibitifs les tarifs des communications à l’étranger : 2,30€ la minute en émission, 1,00€ en réception et 10,24€ le Mo de données.
    Je connais, j’ai pratiqué ! Et ça calme !
     
  • Enfin, OUI Monsieur E. PHILIPPE, contrairement à ce que vous pensez et affirmez, la déconstruction de l’Union Européenne actuelle est absolument nécessaire à la survie d’une Europe démocratique viable !

 

 

Ces élections européennes sont donc une opportunité majeure pour notre mouvement de faire entendre sa voix raisonnable et ses propositions mesurées.

Nous ne sommes, ni le Rassemblement National dont on connaît les excès et maintenant les limites, ni les Républicains chez lesquels j’entends des voix sensées qui sont sur une ligne très proche de la nôtre voire identique, mais aussi des voix aux propositions irresponsables malgré l’âge et l’expérience de ceux qui les portent.

 

  1. A nous de faire comprendre à nos concitoyens que soit on reconstruit une belle Europe sans les tares de l’Union Européenne, soit on assistera, impuissants, à la disparition de la France.
     
  2. A nous de faire comprendre à nos concitoyens que s’ils votent pour notre liste, ce sera “en même temps” le moyen d’envoyer un signal fort du rejet de la politique du gouvernement et de se faire représenter à Bruxelles par des élus déterminés à les servir sans se servir et à défendre contre vents et marées l’identité et la souveraineté de la France.

 

La souveraineté est à une Nation ce que la liberté est à l’Homme.

La protection de l’identité de la France et de sa souveraineté sont des axes prioritaires de l’élection européenne de 2019 afin de garantir à tous nos concitoyens Liberté, Egalité et Fraternité.

 

Patrick MIGNON

Vice-président DLF