Le Rassemblement Gaulliste - ni système ni extrêmes

Mercredi 04 mar 2015

Tenu en laisse par Bruxelles, François Hollande prend le risque de casser la reprise économique

L'annonce ce matin du Président de la République d’engager des économies nouvelles pour satisfaire les exigences de la Commission européenne est une très mauvaise nouvelle pour l’économie française.

Dans le seul but de plaire à Bruxelles, au moment même où un début de reprise est constaté, lié à des causes extérieures (baisse des prix du pétrole, de l'euro et des taux d'intérêts), François Hollande décide au mépris de toute logique économique d'appuyer sur le frein au risque de casser tout espoir de retour de la croissance en France.

En matraquant fiscalement les Français, en ruinant le pouvoir d’achat des retraités et en continuant de faire peser des charges insoutenables sur nos PME, le gouvernement continue une politique injuste et inefficace.

Les efforts de notre pays sont en effet inutiles car plus le gouvernement lutte contre les déficits et la dette par la restriction budgétaire sans relance de l’activité privée, plus il les creuse en tuant la croissance !

Si M. Hollande voulait réellement relancer la croissance économique de notre pays, il mettrait fin à la politique de matraquage fiscal et social imposé par Bruxelles. Il favoriserait le développement et l’activité de nos PME. Il jouerait de l'arme monétaire comme tous les autres pays qui réussissent dans la mondialisation.

Il n'accepterait surtout plus que le coût de Bruxelles pour les Français s'élève à 8 milliards d'euros chaque année (différence entre la contribution nette de la France et les aides perçues) !

 

Nicolas Dupont-Aignan

Député de l’Essonne

Président de Debout la France